Un projet phare pour la protection de l'environnement

Un projet phare pour la protection de l‘environnement

Les pionniers de la protection de l’eau potable et du traitement des eaux usées unissent leurs compétences.

Au début du mois de septembre, la nouvelle installation de recyclage des eaux usées a été mise en service dans le Car Logistics Center de Birrfeld. En raison de sa taille, l’installation est une première en Suisse: elle permet d’économiser jusqu’à 98 % d’eau potable et servira d’exemple à suivre pour des projets futurs. Dans cet article, nous vous expliquons les caractéristiques et le fonctionnement de cette nouvelle installation.

Il est évident que l’eau est l’une des ressources les plus précieuses de notre planète et est essentielle à notre existence. Mais saviez-vous que nous ne pouvons utiliser que 0,007 % de toutes les ressources en eau comme eau potable? Ce fait largement inconnu du public pourrait être la raison pour laquelle nous avons tendance à gaspiller l’eau: nous pensons en avoir assez en Suisse. Cependant, l’été très chaud de cette année a peut-être contribué à faire changer la manière de penser de notre société.

L’eau doit être défendue
Afin d’être en accord avec ce leitmotiv de la protection de l’eau potable, AMAG s’est fixé comme objectif, il y a plusieurs années, de réaliser les plus grandes économies d’eau potable possibles dans ses stations de lavage de voiture. Cet accent mis sur la protection d’une ressource rare va bien au-delà des exigences légales en matière de traitement de l’eau. Afin de réduire les niveaux de polluants et, dans le même temps, de limiter au minimum l’approvisionnement en eau potable, la loi prévoit une installation de recyclage des eaux usées à partir de 5000 cycles de lavage par an.

Un projet annuel pour plus de 100 000 véhicules
Comme il convient à un projet de cette dimension, les participants les plus importants du marché se sont réunis pour discuter de la «station de recyclage des eaux usées de Lupfig»: en tant qu’entreprise générale, Thommen-Furler AG a choisi de faire appel à l’expertise d’Aquadetox International GmbH, pionnière dans le traitement et le recyclage des eaux usées biologiques en Allemagne. À la mi-septembre, le moment était venu et l’installation a été mise en service.

En collaboration avec le département de la construction, des transports et de l’environnement du canton d’Argovie, représenté par Bruno Mancini (spécialiste des eaux usées, de l’industrie et du commerce), l’équipe éditoriale de «Family» a participé à une table ronde avec les chefs de projet après la mise en service. Pour Alexander Hegi, responsable de la sécurité et de la maintenance chez AMAG à Lupfig, il est clair que: «C’est un énorme projet que nous avons mis en place ici en un an.» Et le résultat de cette étroite collaboration est une réussite.
Martin Lüthi, chef de projet chez Thommen-Furler AG, explique: «Outre la mesure du pH, de la teneur en hydrocarbures et du taux de recyclage, la valeur DCO* est également mesurée. Cette dernière permet d’assurer qu’une installation biologique est fonctionnelle et mesure le taux des substances biodégradées.» Les métaux lourds sont pour la plupart absorbés par la biologie et, en raison de leur faible abondance, ne sont pas mesurés.

Cette capacité est unique. Alexander Hegi explique: «Cette station de recyclage des eaux usées conçue pour plus de 100 000 véhicules par an est, à notre connaissance, la plus grande de Suisse. Aujourd’hui, environ 45 000 voitures sont nettoyées chaque année dans des pistes de lavage haute-pression et environ 17 500 dans des portiques de lavage. Nous avons donc encore beaucoup à faire. Si nécessaire, la capacité de l’installation peut être encore étendue.»

Invisible de l’extérieur, mais efficace de l’intérieur
L’extérieur de l’installation de recyclage des eaux usées ne laisse rien présager des miracles dont elle est capable, ni des processus naturels et de la technologie qu’elle cache. Pour les personnes extérieures, les divers éléments du système ont plutôt l’air communs. Mais comment fonctionne donc les procédés de traitement biologique et de recyclage des eaux usées?

Étape 1: boue et sédimentation
Après le lavage, les eaux de lavage sales issues des bacs de lavage et des pistes de lavage atteignent le premier niveau de nettoyage, le «piège à boues». Ici, par sédimentation naturelle, les particules de saleté non dissoutes sont précipitées. Cette sédimentation se déroule en plusieurs étapes. 

Étape 2: traitement biologique
Après un pré-nettoyage sommaire, l’eau est pompée dans le bassin de traitement biologique. Ici a lieu un nettoyage en profondeur en deux étapes des composants des eaux usées dissoutes de manière biologique dans deux réservoirs séparés (Bio 1 et Bio 2). Pour le procédé de traitement biologique, de l’oxygène est ajouté via l’aérateur à membrane.

Étape 3: clarification
Pour pouvoir réintroduire l’eau biologiquement purifiée dans le cycle de traitement, celle-ci doit subir une clarification secondaire afin d’éliminer les micro-organismes sous la forme de boues en excès.

Étape 4: stérilisation
Une autre étape de nettoyage, particulièrement importante pour AMAG, a été mise en place pour des raisons de sécurité sur le lieu de travail, car une eau propre ne signifie pas automatiquement qu’elle est exempte de germes. À l’aide du rayonnement UV, l’eau est stérilisée. Le système BioSaver de aquadetox international GmbH est
responsable du nettoyage en profondeur et de la stérilisation de l’eau. Jürgen Schaible, chef de projet chez aquadetox, explique: «Le système BioSaver stérilise les eaux usées et permet ainsi d’économiser jusqu’à 98 % d’eau potable. Après la stérilisation, l’eau peut être utilisée directement pour d’autres lavages dans les nettoyeurs haute pression et les portiques de lavage.»

Étape 5: récupération de l’eau de pluie
L’installation dispose d’un réservoir collecteur d’eau de pluie. L’eau ainsi collectée est pompée dans le réservoir d’eau chaude et se mélange avant le lavage à l’eau utilisée qui a été purifiée. De cette façon, les véhicules peuvent être nettoyés en permanence sans ajouter d’eau potable.

Équipée pour les urgences
Pour Bruno Mancini, il est important de savoir ce qui se passerait si le système tombait en panne. «Nous sommes prêts à affronter cette éventualité», déclare Martin Lüthi. «Le système dispose d’une technologie de pompes adaptée. Si une des pompes tombe en panne, l’autre continuera de fonctionner. De plus, notre service de piquet sera sur place dans les trois heures qui suivent.»

L’installation peut être gérée par une seule personne. Trois personnes ont été formées chez AMAG. Elles ont assisté à l’ensemble du montage et connaissent très bien les procédés techniques. «Si quelque chose ne fonctionnait pas comme prévu, nous pourrions réagir immédiatement grâce à nos connaissances», déclare Hegi. Une défaillance aurait en effet des conséquences importantes, car les véhicules non lavés ne pourraient plus être inspectés en surface et donc aucune livraison ne pourrait avoir lieu.

Un objet de prestige prometteur
Actuellement, il est encore impossible de chiffrer le projet «installation de recyclage des eaux usées» du fait de sa courte phase d’exploitation. En tout état de cause, le groupe AMAG est conscient de sa responsabilité envers l’environnement et s’efforce d’y apporter sa meilleure 
contribution possible.

 

Les stations de lavage automatique à Birrfeld permettent de laver jusqu’à 17 500 véhicules par an.
La nouvelle usine de recyclage des eaux usées se trouve au CLV de Birrfeld
Alexander Hegi, Bruno Mancini, Martin Lüthi et Jürgen Schaible (de gauche à droite) inspectent l’usine de recyclage des eaux usées sur place.
L’eau des réservoirs «Bio 1» et «Bio 2» est alimentée en oxygène frais
Le système BioSaver permet d’économiser jusqu’à 98 % d’eau potable.
Procédé
Pour le moment, il n'y a pas de nouvelles disponibles. De nouvelles informations seront bientôt disponibles.